Notre histoire

Sotraval est une entreprise publique locale de valorisation des déchets. Elle a été créée par Brest métropole océane (BMO) en 1986 pour construire l’usine d’incinération du Spernot. La majorité de son capital était alors détenu par la Communauté urbaine de Brest ; la minorité par deux fournisseurs industriels.

BMO a ensuite souhaité redéfinir les missions de Sotraval qui, jusque-là, n’avait pas de vie propre. Elle consulte ses actionnaires et, pour plus de cohérence et de transparence, fait sortir de son capital les deux fournisseurs industriels. La Caisse des Dépôts et deux banques régionales (Crédit Mutuel de Bretagne et Crédit Agricole) entrent alors au capital. Il est suggéré d’ouvrir le Conseil d’administration aux collectivités, lesquelles sont clientes de Sotraval. Sept EPCI (Etablissement publiques de coopération intercommunale) du Nord Finistère rejoignent la société. Objectif : répondre précisément au marché de valorisation des déchets. Sotraval développe alors des prestations pour le compte de ses collectivités actionnaires.

En complément de son activité de traitement des déchets ménagers, Sotraval, par décision de son CA en juillet 2009, a fait évoluer son objet social pour se positionner comme opérateur dans le domaine des énergies renouvelables.

En 2010, les EPCI de Landerneau et de Landivisiau rejoignent les 7 premières EPCI. Dans une logique territoriale, la société poursuit sa « politique déchets et valorisation énergétique » et se positionne comme actrice du développement durable en Finistère.
 
Sotraval diversifie ses activités, crée des filiales et investit dans des outils industriels performants. Pour l’intérêt général, tout en développant une activité économique, elle assure une mission de service public portée par les collectivités.